Musashi Miyamoto, ou la Voie du Ronin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Musashi Miyamoto, ou la Voie du Ronin

Message  Admin le Mar 1 Sep - 15:30

Musashi Miyamoto, ou la Voie du Ronin



Musashi Miyamoto, un des rōnin les plus célèbres du Japon, avec deux bokken (Estampe de Utagawa Kuniyoshi).
Musashi Miyamoto (宮本 武蔵, Miyamoto Musashi?), de son vrai nom Takezō Shinmen (Miyamoto étant le nom de son village de naissance et Musashi, une autre façon de lire les idéogrammes écrivant Takezō), (1584—19 mai 1645) est l'une des figures emblématiques du Japon et le plus fameux escrimeur de l'histoire du pays

La Voie du Rōnin

Rōnin signifie littéralement « homme errant » ou « homme-vague ». Le terme daterait de l’ère Nara (710-794) et aurait alors désigné ceux qui désertaient leurs maîtres, qu'il s'agissait de guerriers ou de serfs.

Les rōnin sont d'anciens samouraïs exclus de la société japonaise féodale, pour plusieurs raisons : la mort de leur seigneur, leurs propres fautes ou leur défaite au combat. Ils devenaient donc une sorte de paria, n'ayant pas de classe propre dans une société extrêmement hiérarchisée et basée sur les relations de loyauté envers un seigneur. La plupart d'entre eux se tournaient alors vers des métiers plus humbles après la perte de leur fief, en devenant fermiers ou même prêtres bouddhistes errants (虚無僧, komusō), vivant d'aumônes. Mais certains ayant des difficultés à accepter leur nouvelle position sociale tentaient de se rebeller, même en se tournant vers le banditisme.
Après la période Sengoku (1467 - 1568), l'image des samouraïs se dégrada, et ils furent considérés comme des mercenaires à la solde de leurs maîtres. C'est à cette époque que le nombre de rōnin augmenta. Les rōnin combattaient pour leurs idéaux. On leur associait souvent l'image du preux chevalier.

C’est surtout lors de l’ère Edo (1600 - 1868) que le nombre de rōnin alla en croissant : le shogunat avait en effet mis en place un système rigide qui interdisait aux samouraïs de changer de maître, de se marier hors de leur clan, ou d’avoir des occupations extérieures au clan sans la permission de leur ancien maître alors que les règles étaient beaucoup plus flexibles sous les anciens régimes. De fait, la mort ou la ruine de son maître rendait presque impossible au samouraï d’en trouver un autre et le forçait à devenir rōnin.

Le rōnin dans la société japonaise

Le rōnin avait une mauvaise réputation, contrebalancée pourtant par de nombreux récits à sa gloire. Si le statut de rōnin était peu enviable en raison du mépris et de la honte liée à cette situation, il était pourtant recherché par certains samouraïs qui considéraient qu’il s’agissait d’une expérience que tout bon samouraï se devait de vivre dans sa vie, fidèle au proverbe Shichi ten hakki (七転八起 – « tomber sept fois et se relever huit »). Ce proverbe symbolise la persévérance face à des situations difficiles ou les vicissitudes de l'existence. Le samouraï au cours de sa vie pouvait partir sept fois pendant une mission de « vagabondage » d’un an au cours de laquelle il vivait comme un rōnin avant de revenir servir son maître. Néanmoins, un samouraï devenait plus souvent rōnin en raison de circonstances indépendantes de sa volonté que parce qu’il aspirait véritablement à cette situation.
Les rōnin étaient méprisés et discriminés par les samouraïs qui jalousaient probablement leur grande liberté personnelle. Pourtant, ils étaient respectés par les basses classes, bien que ces derniers se méfiaient néanmoins d'eux : de nombreux récits content l’histoire d’un rōnin châtiant d’arrogants samouraïs qui tyrannisaient un village. Dans d’autres histoires, les villageois louent leurs services pour se défendre contre des bandits (comme dans le film Les sept samouraïs). Souvent leur sont associées toutes les vertus du samouraï, comme en témoigne l’histoire des 47 rōnin.
Malgré ces histoires épiques, être rōnin était une grande honte. Lord Redesdale, un Britannique attaché au Japon peu après la restauration de l’ère Meiji (1868), raconta que lors de son séjour un rōnin s’était suicidé sur les tombes des 47 rōnin (Lord Redesdale habitait peu loin de cet endroit). Il laissa un mot derrière lui disant qu’il avait demandé à entrer au service du daimyō de Chōsū mais s’était vu rejeté. N’ayant voulu servir d’autre maître et ne supportant plus la honte associée à la condition abominable de rōnin il voulait en finir avec sa vie et ne trouvait pas d’endroit plus adapté pour le faire. Lord Redesdale précisa qu’il vit de ses propres yeux l’endroit une heure ou deux après le suicide et que du sang se trouvait encore par terre.
Pourtant, certains rōnin se forgèrent une réputation et s'attirèrent le respect de tous. C'est notamment le cas de Musashi Miyamoto qui est devenu la personnification du mythe du samouraï errant qui va de ville en ville pour affûter sa technique.

Autres significations

Aujourd'hui ce terme désigne les étudiants qui échouent leur examen d'entrée à l'université et restent une ou plusieurs années à étudier pour le repasser en espérant être admis. Cet usage dérive probablement de l'analogie suivante : ils n'ont aucune école, et un samouraï rōnin n'a pas de maître à servir. Il y a également un parallèle entre la honte du rōnin original et sa manière d'esquiver les examens. Par extension, on appelle également rōnin une personne au chômage.

Gorin no shō


Musashi Miyamoto est l'auteur d'un ouvrage de stratégie, le Gorin no shō , écrit à l'âge de 60 ans, traduit en français par Livre des cinq anneaux ou Traité des cinq roues. Vers la fin de sa vie, il médita et fit une introspection sur son passé et son expérience ; il en déduisit que les principes qu'il avait mis en œuvre dans son art martial (duels) pouvaient aussi être mis en œuvre non seulement en stratégie militaire (affrontement de masse) mais aussi dans tous les domaines. Les « cinq anneaux » ou « cinq cercles » font référence aux cinq étages des monuments funéraires bouddhiques (gorintō) qui représentent les cinq éléments de la tradition japonaise. Le livre comporte donc cinq chapitres :

Terre : Musashi explique ici les grandes lignes de sa tactique et pour rendre plus accessibles ses explications il la compare au métier de charpentier.
Eau : Musashi expose une méthode destinée à se forger soi-même physiquement ou spirituellement. Il explique comment conserver la vigilance de l'esprit, le maintien du corps, des yeux, comment tenir un sabre et s'en servir, la position des pieds, etc. Tout ce qu'il écrit se fonde sur sa propre expérience, acquise tout au long de sa vie à force de combats et d'exercices menés sans relâche pendant de nombreuses années. Ce qu'il écrit n'est pas le fruit de son imagination ; chacun peut en tirer profit pour soi-même quelque soit le genre de vie menée.
Feu : Musashi explique la tactique à appliquer dans le simple duel et dans les grandes batailles. Musashi pense que les mêmes règles les régissent.
Vent : Critiquant les caractéristiques des autres écoles, Musashi fait ressortir l'esprit philosophique de son école Niten.
Vide : Un énoncé de l'idéal du samouraï ; la notion de vacuité en tant que but à atteindre est un thème récurrent dans les budō et l'aboutissement de la tactique de Musashi peut se résumer en un mot : Vide. Le Vide est comparable au firmament purifié de tous les nuages de l'égarement.

A 60 ans, Musashi écrivit en quelque sorte son testament au travers du Traité des Cinq Roues, deux ans plus tard, sentant sa fin approcher, il écrivait, le 12 mai 1645 :

La Voie à suivre seul

• Ne pas contrevenir à la Voie immuable à travers les temps.
• Éviter de rechercher les plaisirs du corps.
• Être impartial en tout.
• N'être jamais cupide durant toute la vie.
• N'avoir aucun regret dans les affaires.
• Ne jamais jalouser autrui en bien ou en mal.
• Ne jamais être attristé par toutes séparations.
• N'éprouver aucune rancune ou animosité vis-à-vis de soi ou des autres.
• N'avoir aucun désir d'amour.
• N'avoir aucune préférence en toutes choses.
• Ne jamais rechercher son confort.
• Ne jamais rechercher les mets les plus fins afin de contenter son corps.
• Ne jamais s'entourer, à aucun moment de la vie, d'objets précieux.
• Ne pas reculer pour de fausses croyances.
• Ne jamais être tenté par aucun objet autre que les armes.
• Se consacrer entièrement à la Voie sans même craindre la mort.
• Même vieux n'avoir aucun désir de posséder ou d'utiliser des biens.
• Vénérer les bouddhas et divinités mais ne pas compter sur eux.
• Ne jamais abandonner la Voie de la tactique.
Deuxième année de Shoho, le 12 mai (1645) Shimmen Musashi.

L'enseignement de Musashi peut se ramener à neuf principes:

1. Éviter toutes pensées perverses
2. Se forger dans la voie en pratiquant soi-même
3. Embrasser tous les arts et non se borner à un seul
4. Connaître la Voie de chaque métier, et non se borner à celui que l'on exerce soi-même
5. Savoir distinguer les avantages et les inconvénients de chaque chose
6. En toute choses, s'habituer au jugement intuitif
7. Connaître d'instinct ce que l'on ne voit pas
8. Prêter attention au moindre détail
9. Ne rien faire d'inutile

« Shichi ten hakki »
(七転八起 – « tomber sept fois et se relever huit »)


Source Wikipédia.

_________________
Quand les Êtres Humains choisiront de se tourner à nouveau vers la Nature, ô combien ils seront étonnés de redécouvrir la Lumière Source, partout, autour d'eux, et en eux. L'Equilibre du Monde commence à l'intérieur de Soi. Mais la Sagesse de la Voie des Anciens sait qu'il nous faut encore du Temps et de la Patience avant d'atteindre une acceptable Harmonie. Qu'il en soit ainsi! L'Expérience de la Vie est soeur de la l'Evolution. Découvrir, Apprendre, Transmettre. Ainsi traversait autrefois les âges, l'héritage de la Connaissance...
avatar
Admin
Fondateur

Messages : 220
Date d'inscription : 28/08/2009
Age : 30
Localisation : Dans le passé, prêt à ressurgir si besoin

Revenir en haut Aller en bas

Re: Musashi Miyamoto, ou la Voie du Ronin

Message  eldran le Mar 1 Sep - 15:43

j'ai le livre en foat word le traitée des 5 roues... il permet d'apprendre beaucoup de chose et d'en comprendre beaucoup d'autre... je vous le conseil et le met aussitot dans la section consacré a cela!!
avatar
eldran
Membre de la Communauté

Messages : 135
Date d'inscription : 28/08/2009
Age : 30
Localisation : pas de calais

Revenir en haut Aller en bas

Re: Musashi Miyamoto, ou la Voie du Ronin

Message  Eweor le Mar 1 Sep - 16:33

C'est très intéressant ! Merci d'avoir posté ce message.
Moi qui suis fasciné par les philosophies et la sagesse asiatique, je suis servi là =)
avatar
Eweor
Membre de la Communauté

Messages : 40
Date d'inscription : 28/08/2009
Localisation : Beauvais/Amiens

http://www.avalonia.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Musashi Miyamoto, ou la Voie du Ronin

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum